top of page

Post

Report from Brussels Fairville Lab: The problem in Gray street? Flooding and social isolation.



The Gray street is surprising. Located in Brussels, in the Maelbeek valley, just below Place Flagey, it marks a clear rupture with the neighbourhoods located along the Ixelles ponds, where the Maelbeek valley widens and which forms nowadays one of the city's most exclusive sectors.


The Gray street, on the other hand, is located where the valley narrows the most but where water has been relegated to the basement, where the sun penetrates the least, where the noise of transit traffic resounds all the more because the façades of the houses are high and form a continuous wall, and where the populations are the most disadvantaged. In other words, living spaces are restricted and this has an impact on the quality of life. It was this street, which was flooded extensively in the last century, that motivated the construction of the storm basin under Place Flagey. However, despite this costly structure, it appears that many houses located downstream still suffer from flooding.


Making the invisible visible through photographies


In the summer of 2021, the EGEB was approached by residents of Gray Street who complained that their cellars had been flooded after heavy rains. One of these people explained her surprise at seeing her cistern full of foul-smelling water. Another witness described a cellar full of dirty water and strong odours. A survey was started among the residents of the street in order to make an initial assessment of the situation and to open up avenues of reflection for a participatory hydrological diagnosis. The idea was also to support the creation of a residents' defence committee, following the example of what the EGEB is trying to do elsewhere, to understand and act in common.


Due to COVID and other unforeseen circumstances, this investigation had to be put on hold. Several months passed before the issue came up again, at a time when health measures were becoming more flexible. During an exploratory walk, a young photographer, Flavio Montrone, approached the group and his testimony. He takes photographic portraits of the inhabitants of Gray Street as part of a cultural project run by La Serre. Through this project, he wishes to give a living image of the inhabitants of the street, to create a link between them and above all to give a voice to marginalised people. Flavio tells us his work often brings discussion about flooding, or at least of water-related problems. This is a recurring theme, along with others such as noisy traffic and the feeling of isolation or being forgotten. It was at the opening of this photographic exhibition on a beautiful December day that we invited the residents to give an overview of what the survey could be and what it could achieve.


A complex technical, hydrological and especially social diagnosis


On February 2022, a meeting was organised at La Serre around a drink, an A0 map of the street and several post-its. A dozen or so residents present confirmed that there is indeed flooding in the cellars, and even on the ground floor of the street. But the problems encountered seemed more complex than we imagined at first sight. More than half of the testimonies confirm foul-smelling water flooding during heavy storms. Others experienced problems with clear water seeping in. Many experienced both issues. Others mention flows from higher up and into the garden.


We also hear painful testimonies related to social or even health issues. One person mentioned skin problems all over her body, potentially linked to flooding and the presence of insects all over her house. Another, living in social housing, had complained about the unhealthy nature of the housing, which was constantly damp, and received new social housing in the same street which, she said, was worse. And then there is the isolation. People have tried to contact VIVAQUA (water stakeholder in Brussels) or the municipality, without any response. We will learn later that VIVAQUA has sometimes come to propose non-return valves or individual fittings to people who do not necessarily have the means to do so.


What emerges from these testimonies is a feeling of powerlessness on the part of the inhabitants of Gray Street. Each person is referred to an individual responsibility, and the issue does not seem to have been addressed collectively, which we believe would be the key to social and environmental action.


A platform to support inhabitants as a mediation space


The Federation of Social Services of the Region has set up the RAQ (Relais d'Action de Quartier), a social mechanism that aims to help isolated people in the most fragile neighbourhoods, particularly following the COVID. Such a platform is being set up for Gray Street and the observation is once again the same: water appears to be a necessary line of action because of the great social repercussions in a street where isolation seems to be high and it is very difficult to organise collectively.


This is how a group of professional actors was formed around the EGEB, Brusseau and La Serre, bringing together workers from the Centre de Service Social de Bruxelles Sud-Est, the Fédération des Services Sociaux and Habitat et Rénovation.


The Brussels Water Days as a first test


This need for mediation was confirmed during the platform's first joint activity on the occasion of the Brussels Water Days in 2022. That evening, after a walk along the old path of the Maelbeek river, we met again at La Serre. The visibility given by the communication for these days allowed us to make the existence of the issue official, or at least to give it the right to be publicly mentioned. For to the platform, this was already essential.


But for some residents experiencing the type of difficulties we have described, public expression is not easy. Marc Defays, from the Centre de Service Social de Bruxelles Sud-Est, helped two residents to overcome the stress of the moment and to testify publicly. These people clearly expressed their difficulties, sometimes with contained emotion. The flooding of cellars with foul odours was once again recalled.


Will environmental approaches save social problematics?


In the room was a representative of HYDRIA (formerly SBGE), the institution managing the storm water basin at Place Flagey. The idea was to initiate a positive relationship between the institution and the residents by listening to each other. The HYDRIA representative reminded us of the problems linked to infiltration, explaining that Gray Street is at the bottom of a valley where the water table is above the ground, with opinions that sometimes go beyond her role as an expert and are difficult for the inhabitants to hear: "People should not live at the bottom of a flooded valley". However, we are far from having unravelled the threads of the water in this affair, nor from having understood all the hydrological phenomena. Indeed, a persistent question arises: isn't part of the rise in groundwater during heavy rains due to the absence of an outlet in this valley floor? The stream that used to run through the valley now flows into a sewer, preventing rainwater from draining away and making it impossible for it to function as an outlet. One of our colleagues from Brusseau working for HYDR (hydrology research centre at the VUB) does not exclude this hypothesis.


Some people suggest that the bridge pillars and the large embankments would act as a brake on groundwater flows... What would be the impact of integrated rainwater management through water infiltration on the whole catchment area? Wouldn't this contribute to flooding the inhabitants of the valley bottom, in Gray Street?


To remedy this, others think that a good idea would be to recreate the old stream in the very heart of Gray Street in order to drain the excess water downstream. Some people like to dream of a street where the vegetation would regain its rights, which would lead to significant changes in traffic. The hypothesis was mentioned by various people at various meetings... And the municipality seems to be interested in it.


It was necessary to separate the problems of clear water from those of sewer backflows. The sewer backflows were said to be a structural problem, as the collector was located too high in relation to the cellars of the residents. The impression given was that there were no technical solutions: you can't lower a whole sewer! This type of argument prompted one resident to leave the room out of spite, without waiting for the next part of the presentation, which nevertheless revealed a glimmer of hope.


Indeed, there could be a solution: in order to reduce the recurrent overflow of sewage into the Senne, HYDRIA and the water operators are conducting an experiment to make the storm water basins more dynamic by activating them more often.


What use can be made of citizen science?


The HYDRIA representative mentioned another interesting course of action. She proposed that residents use the mobile web application FloodCitiSense to further improve the diagnosis of the situation during heavy rains. This is an admission that water operators do not yet understand everything themselves.


But this call for help from the public institution had a surprising effect: "we do not want to be held responsible", "it is not the role of the flood victims to support the work of diagnosing their problem", said an inhabitant and a social actor as an aside. On this point, we still wonder. Can one be a victim and participate in the search for a solution? Can the victims of a situation requiring intervention by public services participate in understanding a phenomenon? These questions remain open and need to be explored further with the inhabitants.


In the meantime, the "Untying the Waters" platform is continuing its survey work. We have started to test a questionnaire with residents in order to get a better idea of the water problems that can be translated into relevant hydrological questions. A petition has been drafted for the authorities and various interventions are planned.


Based on a text written by Dominique Nalpas (EGEB coordinator).

Link to the EGEB website: https://www.egeb-sgwb.be/


 

Le problème rue Gray ? Inondations et Isolement social




La rue Gray est une rue étonnante. Située à Bruxelles, dans la vallée du Maelbeek, juste en contrebas de la place Flagey, elle marque une rupture très nette avec les quartiers situés le long des étangs d’Ixelles, là où le vallon du Maelbeek s’élargit et qui forment aujourd’hui parmi les secteurs les plus huppés de la ville.


La rue Gray, au contraire, est située là où la vallée se resserre le plus mais où l’eau a été reléguée aux sous-sols, là où le soleil pénètre le moins, là encore où le bruit du trafic de transit y résonne d’autant plus que les façades des maisons sont hautes et forment comme un mur continu, là enfin où les populations sont les plus défavorisées. Autant dire que les espaces de vie y sont restreints et cela joue sur la qualité de la vie. C’est cette rue abondamment inondée au siècle dernier qui a motivé la construction du bassin d’orage sous la place Flagey. Pourtant, malgré cet ouvrage d’art coûteux, il apparaît que nombre de maisons situées en aval souffrent toujours d’inondations.


Rendre visible l’invisible grâce à l’argentique


Durant l’été 2021, les EGEB ont été interpelés par des habitant.e.s de la rue Gray qui se plaignaient d’avoir eu leurs caves inondées suite aux grosses pluies. L’une de ces personnes a expliqué son étonnement de voir sa citerne être pleine d’une eau nauséabonde. Un autre témoignage faisait part d’une cave envahie d’une eau sale et provoquant de fortes odeurs. Un début d’enquête a commencé auprès des habitant.e.s de la rue, afin de faire un premier état des lieux et d’ouvrir des pistes de réflexion à un diagnostic hydrologique participatif. L’idée était également de soutenir la création d’un comité de défense des habitants, à l’instar de ce que les EGEB tentent de faire ailleurs, comprendre et agir en commun.


A cause du COVID et d’autres imprévus, cette enquête a dû être mise en pause. Plusieurs mois se sont écoulés avant que la question se pose à nouveau, à un moment où les mesures sanitaires se faisaient plus souples. Lors d’une promenade exploratoire, un jeune photographe, Flavio Montrone, aborde le groupe et témoigne. Il réalise des portraits photographiques d’habitant-es de la rue Gray dans le cadre d’un projet culturel mené par La Serre. A travers ce projet, il souhaite donner une image vivante des habitant-es de la rue, créer du lien entre eux et surtout donner la parole à des personnes marginalisées. Flavio nous dit qu’il est souvent question d’inondation ou tout au moins de problèmes liés à l’eau. C’est un thème récurrent, avec d’autres, comme celui du trafic bruyant et le sentiment d’isolement ou d’être oubliés. C’est lors du vernissage de cette exposition de photographies qui s’est faite un beau jour de décembre que nous avons donné rendez-vous aux habitant-es pour les inviter à donner un aperçu de ce que pourrait être l’enquête et ses objectifs.


Un diagnostic complexe technique, hydrologique et surtout social


Le 2 février 2022, une rencontre a été organisée à la Serre autour d’un verre, d’une carte de la rue au format A0 et de plusieurs post-it. Une dizaine d’habitant-es présent-es confirment qu’il y a bien des inondations dans les caves, voire les rez-de-chaussée de la rue. Mais les problèmes rencontrés semblent plus complexe que nous imaginions de prime abord. Plus d’une moitié des témoignages confirment des inondations d’eaux nauséabondes lors des gros orages. D’autres vivent des problèmes liés à une eau claire qui s’infiltre. Beaucoup connaissent le double problème. D’autres enfin mentionnent des flux qui viennent de plus haut et entrent par le jardin.


Nous entendons aussi des témoignages douloureux liés à des questions sociales ou même de santé. Une personne mentionne des problèmes cutanés sur l’ensemble du corps potentiellement liés aux inondations et à la présence d’insectes un peu partout dans sa maison. Une autre, vivant dans un logement social, s’était plainte du caractère insalubre du logement constamment humide et a reçu un nouveau logement social dans la même rue qui, nous dit-elle, est pire. Et puis, il y a cet isolement. Des personnes ont essayé de contacter VIVAQUA ou la commune, sans réponse. Nous apprendrons plus tard que VIVAQUA est parfois venu proposer des clapets anti-retour ou des aménagements individuels à des personnes qui n’ont pas nécessairement les moyens de le faire.


Ce qui ressort de ces témoignages, c’est un sentiment d’impuissance des habitants de la rue Gray. Chaque personne est renvoyée à une responsabilité individuelle, et la question ne semble pas être avoir été abordée collectivement, ce qui serait selon nous la clé d’une action sociale et environnementale.


Une plateforme de soutien aux habitants comme espace de médiation


La Fédération Des Services Sociaux de la Région a mis en place le RAQ (Relais d’Action de Quartier), un dispositif social qui a pour objectif de ne pas laisser sur le chemin les personnes isolées dans les quartiers les plus fragilisés et notamment suite au COVID. Une telle plate-forme se met en place pour la rue Gray et le constat est une fois encore le même : l’eau apparaît comme un axe d’action nécessaire tant la répercussion sociale est grande, dans une rue où l’isolement paraît grand avec une grande difficulté à s’organiser collectivement.


C’est ainsi qu’un le collectif d’acteurs professionnels va s’étoffer autour des EGEB, de Brusseau et de la Serre pour réunir des travailleurs du Centre de Service Social de Bruxelles Sud-Est, de la Fédération Des Services Sociaux, d’Habitat et Rénovation.


Les Journées Bruxelloises de l’eau comme première mise à l’épreuve


Cette nécessité de médiation s’est vérifiée lors de la première activité commune de la plateforme à l’occasion des Journées Bruxelloises de l’eau en 2022. Ce soir-là, après avoir effectué une promenade le long de l’ancien tracé du Maelbeek, nous nous sommes retrouvé-es une nouvelle fois à La Serre. La visibilité donnée par la communication pour ces Journées nous permettait d’officialiser l’existence de la problématique, ou tout au moins de lui conférer un droit de cité.


Mais pour un habitant ou une habitante vivant le type de difficultés que nous avons décrites, l’expression publique n’est pas aisée. Marc Defays, du Centre de Service Social de Bruxelles Sud-Est a aidé deux habitantes à dépasser le stress du moment et à témoigner publiquement. Ces personnes ont clairement exprimé leurs difficultés, parfois dans une émotion contenue. Les inondations de caves aux odeurs nauséabondes ont été rappelées une fois encore.


L’environnemental sauverait-il le social ?


Dans la salle, se trouvait une représentante d’HYDRIA (anciennement SBGE), l’institution gestionnaire du bassin d’orage de la place Flagey. L’idée était d’initier une relation positive entre l’institution et les habitant-es par une écoute mutuelle. La représentante d’HYDRIA a rappelé les problèmes liés à l’infiltration en expliquant que la rue Gray est dans un fond de vallée où la nappe phréatique affleure le sol, avec parfois des avis dépassant son rôle d’expert et difficiles à entendre pour les habitants : “On ne devrait pas habiter des fonds de vallée inondables”. Nous sommes cependant loin d’avoir dénoué les fils de l’eau dans cette affaire ni d’avoir compris l’ensemble des phénomènes hydrologiques. Se pose en effet cette question persistante : une part de la montée des eaux de nappe lors des grosses pluies n’est-elle pas due à l’absence d’un exutoire dans ce fond de vallée ? Le ruisseau d’autrefois s’écoule aujourd’hui dans un collecteur d’égout empêchant le drainage les eaux de pluies et rendant sa fonction d’exutoire impossible. L’un de nos collègues de Brusseau travaillant pour HYDR (centre de recherche en hydrologie à la VUB) n’exclut pas cette hypothèse.


Certains émettent l’idée que les piliers du pont et les gros remblais formeraient un frein dans les écoulements des eaux souterraines… Quel serait alors l’impact d’une gestion intégrée de l’eau de pluie passant par l’infiltration de l’eau sur l’ensemble du bassin versant ? Est-ce que cela ne contribuerait pas à inonder un peu plus les habitants du fond de vallée, rue Gray ?


Pour y remédier d’autres pensent qu’une bonne idée pourrait être de recréer le ruisseau d’antan au cœur même de la rue Gray afin de drainer les eaux excédentaires vers l’aval. Certains se plaisent à rêver d’une rue où le végétal retrouverait ses droits, ce qui induirait des modifications importantes sur le trafic. L’hypothèse a été évoquée par diverses personnes lors de diverses rencontres… Et la commune semble s’y intéresser.


Il a fallu délier les problèmes des eaux claires de celui des retours d’égout. Les retours d’égouts seraient un problème structurel, le collecteur étant situé trop haut par rapport aux caves des habitant-es. L’impression qui a été donnée était qu’il n’y aurait donc pas de solutions techniques : on ne peut tout de même pas rabaisser tout un collecteur d’égout ! Ce type d’argument a poussé une habitante à quitter la salle par dépit, sans attendre la suite… qui révèle pourtant une lueur d’espoir.


En effet, il y aurait bien une solution : afin de diminuer les surverses récurrentes d’eaux d’égouts vers l’exutoire qu’est la Senne, HYDRIA et les opérateurs de l’eau mènent une expérimentation afin de rendre plus dynamiques les bassins d’orage en les activant plus souvent.


Quel recours possible aux sciences citoyennes ?


La représentante d’HYDRIA a évoqué une autre piste d’action intéressante. Elle propose que les habitant-es, utilisent l’application Web mobile FloodCitiSense afin de renforcer encore le diagnostic de la situation lors des grosses pluies. Ce qui est un aveu du fait que les opérateurs de l’eau ne comprennent pas encore tout eux-mêmes.


Mais cet appel à l’aide de l’institution publique a eu un effet étonnant : « nous ne souhaitons pas être tenus pour responsables », « ce n’est pas le rôle des victimes inondées de soutenir le travail de diagnostic de leur problème » diront en aparté une habitante et un acteur social. Sur ce point nous nous interrogeons encore. Peut-on être victime et participer à une recherche de solution ? Les victimes d’une situation nécessitant une intervention des services publics peuvent-elles participer à la compréhension d’un phénomène ? Ces questions restent ouvertes et se doivent d’être approfondies avec les habitants.


Entre temps, la plate-forme “Délier les fils de l’eau” poursuit son travail d’enquête. Nous avons commencé à tester un questionnaire auprès des habitant-es afin de mieux connaître les problématiques de l’eau qui pourront être traduites en questions hydrologiques pertinentes. Une pétition a été rédigée à destination des autorités et différentes interventions sont prévues.


D’après un texte écrit par Dominique Nalpas (coordinateur des EGEB).

Lien vers le site des EGEB : https://www.egeb-sgwb.be/



 

Figures :

1. Gray Street, illustration used for an invitation postcard to the inhabitants (c) Jean-François Pinet

2. Untying the threads of the water, illustration used for the communication of the eponymous platform (c) Marc Defays


Images :

1. La rue Gray, illustration utilisée pour une carte postale d'invitation aux habitants (c) Jean-François Pinet

2. Délier les fils de l'eau, illustration utilisée pour la communication de la plateforme éponyme (c) Marc Defays

169 views

Comments


bottom of page