top of page

Post

Talkn' Walk in la Belle de Mai (Marseille)

Updated: Jun 3

On Saturday 4 May, a series of guided walks with local residents took place in the Belle de Mai district of Marseille, as part of the Fairville collaborative research project being carried out in the area. Here's a brief review from one of the groups who took part in the walks.


First I may introduce our group : we were five women including four local residents, Marcelline, Nathalie, Tina and our sociologist photographer from Nanterre University, Sylvaine, not forgetting myself, Helene, also a resident. 



We started our commented walk from the Victorine counter, a former match factory dating from the 19th century. Occupied by artists in the early 2000’s, it became then a workshop and cultural center  for theater, music activities and so on.


If you behave quietly,  I can tell you a story about this name, Victorine. One of the artists who occupied the place was a cinema fan when he was a kid, as he lived in Nice. He was then fascinated by the Victorine studios, an industrial and artistic project born in 1917 in Nice... By occupating this place,  he decided to take his  revenge by transforming  a former industrial site into a place of artistic creation.  Thus the name stuck :  the Victorine counter.


Come on, let's move faster  otherwise we'll miss the appointment in the garden. This is where we finally start and for real... not kidding dear friends !!! We showed Tina a pedestrian shortcut (nice girls !) and then had our real first stop on "rue Ricard" in front of a craft business of  Sharpening Mechanical Grinding where Marcelline usually goes to have her sewing machine parts sharpened. For a long time she had been totally ignorant of such a place and, thanks to a friend, she discovered  the existence of this discreet craft activity. Nathalie shared with us  another story about this place. One day she came with a knife to sharpen it but the man refused, maybe he thought : “there's enough violence in the area, there's no need to add to it”.


Our next stop was "place Caffo" . A quick research on the internet  allowed me to learn who Placide Caffo was : he was a socialist activist of the Belle de Mai, propagandist of trade unionist and secular ideas, he died in 1916 during the First World War. Like Placide, we organized (together with local residents collectives) a lot of activist events in this public square, discussions about urban projects, housing, Do It Yourself activities,  parties and even reading sessions…


Almost a hundred years later, JR, a French artist, photographed faces of residents who will adorn the front of the Gyptis cinema 


But where is Marcelline portrait ?


Found! She is Almost in the center !



We continued and stopped in a private square which  belongs to the co-ownership, a Marseille speciality, where public space can be reduced to a bare minimum. We  organized many events there with our wheelbarrows filled with books for children (and for adults too of course). Our fight for the opening of a public library in our very popular district has finally been heard and a large public library should open within two years.



Nat’ explained to us that this little place is extremely well ventilated and therefore very pleasant in summer.  This is also where our friend Claude used to live. We shared then many common memories with Marcelline...


Walking towards Cadenat square, we came across a young man who was singing and dancing  for us.  Unfortunately we forgot to record its performance, what a pity !


For your information, Bernard Cadenat is a left-wing politician, activist and trade unionist. He was mayor of Marseille and a deputy in the 1910s and the 1920s.



We stopped in front of the Cadenat public elementary school where for several years, Claude, Marcelline, myself  and others members of our collective (The collective Wheelbarrows and co, “Brouettes et compagnie”), were present with two wheelbarrows filled with books mainly for children every first Saturday of the month.


We continued our way and stopped in front of what was a nurses office but I could not explain the importance of this place and the role of these nurses who did real social work in addition to their care. Our warm meeting with Fatima and Yamna made short work of my explanations, that's life in "la Belle de mai".


We took then the Schiaffini street. Roger Schiaffini was an employee, he joined the resistance during the liberation of Marseille and was assassinated at the age of 20 in September 1944 while he was on a reconnaissance mission in Doubs.


A portion of this street is now the subject of a rehabilitation project. We stopped at number 13.


This building has been “made safe”  in July 2022 (which means that it was evacuated and walled up by the municipal authorities, due to its state of disrepair and risk of collapse. They call it : “ordinary danger”). It has been totally walled up after the evacuation of the tenants. Until today, nothing more has been done. In the city of Marseilles, thousands of residents have been evicted and hundreds of dilapidated buildings walled up, following the collapse of several buildings in poor condition in the city centre in 2018, causing then the death of eight people.



During the first and subsequent lock down, a mutual aid network has been created to allow all dwellers of our district to have enough food in particular. The Schiaffini street building was already in poor condition in 2020 and yet tenants were paying rents of 500 euros for small borderline unsanitary apartments. Most tenants paid their landlords in cash, including a notorious slumlord and maybe more.


"La Belle de mai", a politically incorrect sector according to most elected officials, has not been the recipient of public renovation aid schemes over the last thirty years encouraging large part of  private owners not to to  maintain their properties in good condition.


There is also right next door, rue Clovis Hugues, a left-wing politician and poet. As a journalist he wrote an article to defend the Commune of Marseille (1871) and was sentenced to three years in prison.


In that street, several buildings were also evacuated, some of them just after the November 2018 collapses on rue d'Aubagne. Even though the degraded situation of many of them was known before 2018, no prior action had been taken by the public authorities. We were then approached by a very young man with whom we had a very interesting conversation. What a shame that so many young people in our neighborhoods are pushed aside because of their social, ethnic origins.


Our penultimate step was a place named by residents and associations as the “corner for everyone”. We shared a lot of stories about this place which belongs to a social landlord. 


We had a lot of outdoor meetings in this place during the lockdown, using the space which had been designed by a collective of architects with, among other things, a large wooden table and benches. 


Marcelline remembered when she cooked for the African refugees who were squatting in  barracks in la Belle de Mai. She crossed the neighborhood carrying on her head a large dish,  which they loved because it was, according to them, spicy enough.


Nat remembered a disabled man who lived outside there for two years. In winter he used to put his tent on the table so as to feel a bit  less of the cold. She wondered what happened to him since he is no longer there. However, a discussion with a resident around the corner gave us the answer. This space was cleaned in the Karscher manner, without precaution, and the man was sent to a home in Joliette, in the nearby district.


The end of our walk was almost  coming, while we arrived at the Levat garden. The garden belonged to a former convent of nuns and has been open to the public for some years. Opening such a place  to the residents was the result of a long struggle and remains a major challenge for the neighborhood !


Here we came to the end of the walk but not of our workshop, with a return to square one we joined the other two groups at the Victorine counter for a collective lunch in the shade of the plane tree.


Another beautiful day of sharing knowledge placed under the sign of solidarity, pleasure of acting together and laughing. 


Finally,  at the end of this day, we enjoyed a Maloya concert given by a choir of women including some from the Island of La Reunion and two percussionists, dancing in the street together at the corner of street "Belle de Mai"  and "Henri Auzias", encouraged by passers-by in cars or buses.


(Version en français)


Walk'n talk à la Belle de Mai, une

balade commentée (Marseille)



Samedi 4 mai, nous avons dans le cadre de notre lab’ Fairville, mis en place des balades commentées avec des habitant.e.s, membres ou non du CHO3, collectif des habitants organisés du 3ème, et partenaire de notre lab. Voici ici un bref compte-rendu d’un des groupes qui a participé à ces balades.


Pour commencer, je vais présenter notre groupe : nous étions 5 femmes dont 4 habitantes, Marcelline, Nathalie, Tina et notre photographe sociologue de l’université de Nanterre, Sylvaine, sans m’oublier, Hélène, également habitante.


Nous commençons notre balade commentée à partir du comptoir de la Victorine, ancienne usine d’allumettes datant du 19ème siècle. Elle a été occupée par des artistes au début des années 2000, elle est devenue  lieu de création et de représentation pour des activités théâtre, musique, etc.



Si vous êtes suffisamment sage, je peux vous raconter une histoire à propos de ce nom, Victorine. Un des artistes occupant de ce lieu, était un fan de cinéma lorsqu’il était enfant et vivait à Nice. Il était fasciné par les studios de la Victorine, un projet industriel et artistique né en 1917 à Nice… en occupant cet espace, il prenait sa revanche en transformant un ancien site industriel en un lieu de création artistique. Ainsi le nom s’est imposé : le comptoir de la Victorine.


Allez, on avance plus vite ou sinon nous allons louper notre rendez-vous au jardin, c’est comme ça que nous avons finalement vraiment commencé… je ne plaisante pas chères amies !

Nous montrons à Tina un raccourci piéton, bonnes filles que nous sommes, et avons donc notre premier arrêt, dans la rue Ricard, devant une entreprise artisanale d’affutage, retaillage d’outils, là où Marcelline est venue faire affûter les pièces de sa machine à coudre. Longtemps, elle a ignoré l’existence d’un tel lieu et c’est grâce à un ami qu’elle a découvert cette discrète activité artisanale. Nathalie nous raconte une autre histoire à propos de ce lieu, un jour elle est entrée avec un couteau à faire aiguiser mais l’homme a refusé, peut-être a-t-il pensé qu’il y avait assez de violence dans le voisinage et qu’il n’était pas utile d’en rajouter.


Notre prochain arrêt est place Caffo, une recherche rapide sur internet me permet de vous apprendre qui était Placide Caffo : militant socialiste de la belle de mai, c’est un partisan du syndicalisme et des idées laïques, il meurt en 1916 pendant la première guerre mondiale.


À l’instar de Placide, nous avons organisé (ensemble avec des collectifs d’habitant.e.s) beaucoup d’événements militants sur cette place publique, débat à propos de projets urbains, de logement, des activités de bricolage, des biblio-parties et même des lectures…


Presque un siècle plus tard, JR, un artiste français, a photographié des visages d’habitant.e qui ornent la façade du cinéma le Gyptis.


Mais où est le portrait de Marcelline ? oui là presque au centre, trouvé !


Nous continuons et faisons un arrêt sur une placette privée qui appartient à la co-propriété, spécialité marseillaise, où l’espace public peut être réduit à sa portion congrue.


Nous y avons organisé beaucoup d’événements avec nos brouettes remplies de livres pour enfants (et pour adultes aussi bien sûr). Notre combat pour l’ouverture d’une bibliothèque publique dans notre très populaire arrondissement a finalement été entendu et une grande médiathèque publique devrait ouvrir dans moins de deux ans.


Nat nous explique que cette placette est extrêmement bien ventilée et pour cette raison, très agréable en été.


C’est aussi là que notre amie Claude vivait. Nous partageons de ce fait plein de souvenirs communs avec Marcelline…


En marchant vers la place Cadenat, nous croisons un homme jeune qui se met à chanter et danser pour nous. Malheureusement nous avons oublié d’enregistrer sa performance, quel dommage !


Pour votre gouverne, Bernard Cadenat était un homme politique de gauche, militant et syndicaliste. Il a été maire de Marseille et député dans les années 1910 et 1920.

Nous nous arrêtons devant l’école publique élémentaire Cadenat où pendant plusieurs années, Claude, Marcelline, moi-même et d’autres membres de notre collectif Brouettes et Cie, étions présent.e.s avec deux brouettes remplies principalement de livres pour enfants, chaque premier samedi du mois.


Nous poursuivons notre chemin et stoppons juste devant ce qui fut un cabinet d’infirmières mais sans que je puisse expliquer l’importance de ce lieu et le rôle de ces infirmières qui ont fait un vrai travail social en plus de leurs soins. Notre chaleureuse rencontre avec Fatima et Yamna réduisit mes explications à néant pendant que nous nous laissions emporter par le plaisir de ces rencontres fortuites.


Puis nous prenons la rue Schiaffini, Roger Schiaffini était employé aux raffineries de Saint-Louis Sucre, il rejoint la résistance lors de la libération de Marseille et est assassiné pendant une mission de reconnaissance dans le Doubs en septembre 1944, il a 20 ans.

Une partie de cette rue est concernée, en ce moment, par un projet de réhabilitation. Nous nous arrêtons devant le numéro 13. Cet immeuble a été frappé par un arrêté de mise en sécurité ( ce que les autorités publiques nommaient mise en péril ordinaire) en juillet 2022 et a été muré après l’évacuation des locataires. Jusqu’à présent, rien n’a été fait. 


Dans la ville de Marseille, des milliers d’habitant.e.s ont été évacué.e.s et des centaines d'immeubles vétustes ont été murés, suite à l'effondrement de plusieurs immeubles en mauvais état dans le centre-ville en 2018, provoquant alors la mort de huit personnes.

Lors du premier confinement et des suivants, un réseau d'entraide a été créé pour permettre à tous les habitants de notre quartier d'avoir, notamment, suffisamment de nourriture.


L’immeuble de la rue Schiaffini était déjà en mauvais état en 2020 et pourtant les locataires payaient des loyers de 500 euros pour des petits appartements à la limite de l'insalubrité. La plupart des locataires payaient leurs propriétaires en espèces, y compris un marchand de sommeil notoire et peut-être, plus encore.


"La Belle de mai", secteur politiquement incorrect selon la plupart des élu.e.s, n'a pas bénéficié d’aides publiques à la rénovation, ces trente dernières années incitant une grande partie des propriétaires privés à ne pas entretenir leurs biens dans un bon état.

Il y a aussi juste à côté, rue Clovis Hugues, homme politique de gauche et poète. En tant que journaliste, il écrivit un article pour défendre la Commune de Marseille (1871) et fut condamné à trois ans de prison, dans cette rue plusieurs immeubles ont été évacués dont certains juste après les effondrements de la rue d’Aubagne en novembre 2018 même si la situation dégradée de beaucoup d’entre eux était connue avant 2018, aucune action préalable n’a été entreprise par les pouvoirs publics.


Nous avons ensuite été approchés par un très jeune homme avec qui nous avons eu une conversation très intéressante. Quel dommage que tant de jeunes de nos quartiers soient mis à l'écart en raison de leurs origines sociales, ethniques.


Notre avant-dernière étape était un lieu désigné par les habitant.e.s et les associations comme le coin pour tous. Nous avons partagé beaucoup d'anecdotes sur ce lieu qui appartient à un bailleur social. Nous y avons fait de nombreuses réunions en plein air pendant le confinement, en utilisant l'espace qui avait été conçu par un collectif d'architectes avec, entre autres, une grande table et des bancs en bois. 



Marcelline se souvient de l'époque où elle a cuisiné pour les réfugiés africains qui squattaient les casernes de la Belle de Mai. Elle a traversé le quartier en portant sur la tête un grand plat qu'ils avaient adoré car il était, selon eux, suffisamment épicé.


Nat se souvient d'un homme handicapé qui a vécu dehors pendant deux ans. L'hiver, il posait sa tente sur la table pour avoir un peu moins froid. Elle se demande ce qui lui est arrivé puisqu'il n’est plus là. Cependant, une discussion avec un habitant du coin nous a donné la réponse. Cet espace a été nettoyé à la manière Karscher, sans précaution, et l'homme a été envoyé dans un foyer de  la Joliette, un quartier voisin.


La fin de notre balade approche, lorsque nous arrivons au jardin Levat. Le jardin appartenait à un ancien couvent de religieuses, il est ouvert au public depuis quelques années. L'ouverture de ce lieu aux habitant.e.s est le résultat d'un long combat et reste un enjeu majeur pour le quartier. 

Nous voici arrivés au terme de la balade mais pas de notre atelier, avec un retour à la case départ où nous avons rejoint les deux autres groupes au comptoir pour un déjeuner collectif à l'ombre du platane.


Encore une belle journée de partage de connaissances placée sous le signe de la solidarité, du plaisir d'agir ensemble et de rire.


Enfin, à la fin de cette journée, nous avons assisté à un concert de Maloya donné par une chorale de femmes dont certaines de l'Île de La Réunion accompagnée de deux percussionnistes, dansant ensemble au coin de la rue "Belle de Mai" et "Henri". Auzias", encouragés par les passants en voiture ou en bus.

32 views

Comentários


bottom of page